effigreen-consulting-Conseil-transition-energetique-intelligence-performance-batiment-saint-quentin-en-yvelines-autoconsommation-notre-activite-potentiel-innovations-efficience-collective

Le secteur de la transition énergétique présente des opportunités de développement et concerne tous les acteurs sociaux économiques de notre société. Nous allons parler de l’engagement d’Effigreen Consulting dans l’accompagnement des entreprises, collectivités locales et administrations concernant les problématiques liées à l’énergie et sur le choix des solutions et optimisations nécessaires pour une utilisation plus efficiente de l’énergie : l’autoconsommation individuelle ou collective créatrice de nouvelles opportunités.



Qu’est-ce que l’autoconsommation énergétique pour une entreprise ?

Autoconsommer, c’est utiliser l’électricité, l’énergie, que l’on produit soi-même. Les industries des secteurs tertiaire et industriel doivent penser dès maintenant à leur consommation énergétique pour être conformes à la loi “énergie et climat” en développant leur potentiel concernant l’autoconsommation.

Selon le positionnement et le secteur d’activité, le bâti industriel peut et doit être amélioré, avec une production énergétique durable et économiquement attractive pour l’entreprise.

Plusieurs options sont possibles selon les besoins et les utilisations de l’entreprise (photovoltaïque en surface ou sur les toits, réseau de chaleur, exploitation du vent, récupération de chaleur fatale…).

Tous ces systèmes contribuent à déconcentrer la production d’énergie en France vers une énergie renouvelable et durable. Cependant, les lois physiques et/ou réglementaires imposent de prendre certaines précautions, exemples :

  • Garantir le remboursement des coûts d’investissement,
  • Mettre en œuvre un mode d’exploitation performant
  • Prendre en compte l’intermittence et la variabilité du système mis en place
  • Déterminer avec précision quels sont les usages auxquels celui-ci doit répondre et s’assurer de l’acceptabilité de la solution proposée
  • Vérifier et tenir compte des aspects réglementaires.

Envisager d’autoproduire son énergie, c’est aussi réfléchir à pouvoir l’autoconsommer dans des conditions économiques ou sociétales acceptables. N’oublions pas qu’une partie du financement des ENR en France est issue de la CSPE (Contribution au Service Public de l’Electricité) à hauteur de 22,5€/MWh et payé par l’ensemble des consommateurs.

Le coût encore élevé de la plupart de ces technologiques impose d’étudier dès la genèse d’un projet quels en sont les objectifs finaux :

  • Générer du profit,
  • Réduire sa facture d’énergie
  • Contribuer aux enjeux de la transition énergétique
  • Développer une approche plus sociale en permettant à des consommateurs de bénéficier d’une énergie renouvelable et économique.

Il peut également s’agir de combiner plusieurs des points précédents.

L’autoconsommation individuelle ou collective devrait pouvoir répondre à ces questions.

Contrairement à l’autoconsommation individuelle, la réglementation actuelle ne favorise pas l’autoconsommation collective.

Il existe cependant des opportunités qui méritent d’être étudiées si le dimensionnement d’installations est construit à partir d’usages et de la détermination des bonnes clés de répartition.

En ce sens, l’article 13 de la prochaine Loi Climat et Résilience qui oblige l’installation de photovoltaïque (ou de toits végétalisés) lors d’une construction, d’une extension ou d’une rénovation lourde, étendue aux surfaces commerciales, aux immeubles de bureaux de plus de 1 000 m² et aux parkings de plus de 500 m² doit nous conduire à réfléchir sur l’exploitation optimale de cette nouvelle énergie disponible.

La revente d’électricité sera de moins en moins intéressante d’un point de vue économique. L’autoconsommation devra donc être étudiée et favorisée à condition de savoir dimensionner et déterminer les bonnes règles de fonctionnement et de répartition de l’énergie autoproduite.



Pourquoi favoriser l’autoconsommation énergétique ?

Outre le fait d’être en règle avec la loi, l’autoconsommation énergétique, une fois l’installation de l’équipement effectuée, permet à l’entreprise ou à l’organisation de disposer d’une source d’électricité écologique et fiable sur le long terme. Quelle que soit la solution choisie (éolien, solaire ou géothermie) par votre entreprise, l’autoconsommation énergétique définit votre société comme étant éco-responsable et citoyenne. Vous réduisez votre impact sur l’environnement ainsi que sur votre portefeuille.

L’expertise d’Effigreen au service de l’autoconsommation énergétique

Effigreen Consulting a été créée pour apporter son expertise sur les questions d’efficacité énergétique tout en s’appuyant sur une approche systémique.
Le savoir-faire de notre équipe, en matière de fonctionnement des marchés de l’énergie et de la réglementation, notre réseau de partenaires ainsi que notre expérience confèrent à notre cabinet toutes les compétences nécessaires pour concilier technologie, économie et usage. Effigreen développe des modèles de calcul pour déterminer les meilleures solutions et usages pour autoproduire et autoconsommer votre énergie. Nous pouvons également vous accompagner sur la mise en réseau de ce genre de solution et ainsi bénéficier/faire bénéficier d’autres structures qui disposeraient d’usages différents et ou complémentaires.

Lors des audits de consommation énergétique auprès des entreprises, Effigreen Consulting calcule et utilise différents indicateurs construits à partir de vos usages pour déterminer votre potentiel en matière l’efficacité énergétique. Exemple, le TAC ou le TAP pour déterminer votre capacité d’autoconsommation au regard de votre capacité d’autoproduction.

Pour les bâtiments résidentiels et sociaux, les bâtiments industriels et commerciaux, l‘Audit énergétique permet de connaître l’efficacité énergétique des locaux et de déduire les solutions les plus efficientes.

Contactez-nous par téléphone au 01 72 87 56 60, par email contact@effigreen-consulting.net ou via notre formulaire de contact pour un accompagnement personnalisé.