La conférence annuelle organisée par le Club Climat Énergie et Effigreen en partenariat avec le SQY Smart City a eu pour thème la transformation des usages : perspectives et réalités énergétiques. L’objectif visé d’appréhender au mieux la transformation numérique, les mobilités et l’aménagement du territoire a été atteint grâce aux mini-débats entre les élus du territoire et des acteurs de la société civile.

Cette conférence a été animée par Xavier Delaporte, animateur du Club Climat Energie et directeur d’Effigreen Consulting et a été présidée par Bertrand COQUARD, président du Club Climat Energie de SQY.





Quatre grands axes d’étude ont été abordés lors de cette conférence :

La croissance numérique au cœur de la transition énergétique

Le pouvoir des datas et le numérique sont des leviers d’accélération de la transition énergétique. Géraldine Camara est venue parler de son cœur de métier : les datacenters.

Géraldine a expliqué le rôle des data centers dans la promotion de la chaîne numérique et leur manière d’être responsabilisée. La possibilité d’implanter des « edge datacenters » sur des territoires comme celui de SQY est un sujet pertinent d’étude au regard du ratio emplois/coûts du foncier sur des territoires à fort impact économique.

Bertrand Coquard a évoqué le sujet du développement numérique en prenant SQY pour exemple. Bertrand Coquard s’est exprimé sur les différents projets actuels au Nord de paris ainsi que sur le projet des JO de 2024.

Des territoires réversibles pour s’adapter à la transformation des usages

Lorrain Merckaert (VP aménagement de SQY) et Philippe Charlez (expert international en énergie et écrivain : L’utopie de la croissance verte – Institut Sapiens) nous ont expliqué que chaque entreprise peut agir individuellement, mais que collectivement, le changement serait plus efficace.

Lorrain Merckaert nous a parlé du territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines, qui ne cesse de se développer notamment en ce qui concerne les innovations technologiques.

Philippe Charlez nous a exposé son point de vue sur l’usage des véhicules électriques sur les courtes et longues distances ainsi que sur le développement des énergies renouvelables dans le domaine de l’hydrogène et de la mobilité. 

Lorrain Merckaert est également revenu sur le sujet des gains énergétiques, et du réel besoin d’avoir une transition écologique maitrisée et connue pour les habitants.



Faire mieux avec moins : passer de l’économie linéaire à l’économie circulaire



Eva Roussel, Conseillère communautaire déléguée au cycle de l’eau et Jérémie Almosni, Directeur régional Adème IDF nous ont exposé les 7 piliers de l’économie circulaire.

Ces 7 piliers sont regroupés en 3 domaines qui vont former un cercle vertueux :

  • La production et l’offre de biens et de services ;
    • L’approvisionnement durable, 
    • L’écoconception, qui vise à prendre en compte l’ensemble du cycle de vie en minimisant les impacts environnementaux.   
    • L’écologie industrielle et territoriale constitue un mode d’organisation interentreprises par des échanges de flux ou une mutualisation de besoins, qu’il s’agisse d’énergies, d’eau, de matières, de déchets mais aussi d’équipements et d’expertises.
    • L’économie de la fonctionnalité privilégie l’usage à la possession et tend à vendre des services liés aux produits plutôt que les produits eux-mêmes. (cf. l’autopartage).
  • La consommation au travers de la demande et du comportement du consommateur (économique ou citoyen) ;
    • La consommation responsable doit conduire l’acheteur à effectuer son choix en prenant en compte les impacts environnementaux à toutes les étapes du cycle de vie du produit (biens ou service).
    • L’allongement de la durée d’usage par le consommateur conduit au recours à la réparation, à la vente ou don d’occasion, ou à l’achat d’occasion dans le cadre du réemploi ou de la réutilisation ;
  • La gestion des déchets avec le recours prioritaire au recyclage.
    • Le recyclage vise à utiliser les matières premières issues de déchets.

Jérémie Almosni a expliqué les implications de l’ADEME en ce qui concerne les enjeux de l’économie circulaire et ceux de la transition énergétique. 

Eva Roussel a ensuite expliqué le processus de la chaîne de traitement de l’eau. 

L’intégration des territoires, un nouvel enjeu pour la mobilité

  • L’autopartage, l’autoconsommation sont des stratégies qui fonctionnent. Jean Baptiste Hamonic (VP mobilité SQY) a expliqué ces procédés et pourquoi il serait judicieux de les mettre en place sur tout le territoire.

Jean Baptiste Hamonic a évoqué le sujet de la micromobilité et également de l’impact de la crise du Covid 19 répertorié sur les transports en commun. 

Ce débat a été clôturé par Jean-Baptiste Hamonic avec la remise du prix FLEET’CONNECT aux représentants des entreprises fondatrices du projet SQYSHARE : Banque Populaire Val de France, Enedis et LEONI.

L’ensemble des professionnelles de la gestion de flotte en France, ont élu SQYSHARE, qui est le 1 er projet d’au partage interentreprise en France, comme « projet innovant de l’année ».

Pour terminer, Eric Singler, DGA BVA Group, a conclu cette conférence en nous parlant du Nudge, ou “coup de pouce”, au service de l’action. Cette technique permet d’inciter des individus ou industriels à changer de comportement énergétique en faisant des choix sans contrainte, ni obligation et qui n’engendrent aucune sanction.

Le but est de faire comprendre aux entreprises les bienfaits pour elles et pour la société en général, de changer leur modèle énergétique.

Effigreen Consulting, partenaire de la conférence et conseiller en efficience énergétique.